Lecteur / Correcteur

Un pied dans l’univers de la presse !

C’est parti pour le cinquième cours…



Au programme : titres, intertitres, chapeaux et attaques.

Les titres 

Ils servent à attirer le regard du lecteur. Ils permettent d’informer sur le sujet de l’article. Ils ont un rôle primordial pour susciter l’envie de le lire.

Ils vont répondre aux questions : Qui ? Quoi ? Quand? Où ? Pourquoi ?

Ils doivent être composés de mots forts, mais faciles à comprendre. Il est préférable d’utiliser des verbes d’action.

Il est important de faire attention à la ponctuation, surtout pour les points d’interrogation, d’exclamation, les guillemets et les virgules qui sont à éviter, tout comme l’usage de la négation et l’abus des points de suspension.

On rencontre trois types de titres :

  • Informatifs qui résument les textes ;
  • Incitatifs (dans les magazines) qui dessinent l’esprit et non le contenu des articles ;
  • Mixtes qui expriment les deux à la fois.

Comment écrire un titre ?

C’est un assemblage de mots-repères. Il est possible de détourner une expression, un titre connu ou de faire des jeux de mots.

Les intertitres 

Ils permettent aux lecteurs de lire les passages qui les intéressent notamment dans un texte conséquent.

Ils permettent de garder le lecteur, en relançant son intérêt. Les intertitres facilitent le parcours de celui-ci.

Comment écrire un intertitre ?

Il doit être concret, imagé et frappant. Il est possible d’employer une citation, une image ou un détail.

Le chapeau (chapô)

Il se situe sous les titres, dans une police différente. Il fait économiser du temps au lecteur.

Il y a deux types de chapeaux :

  • Informatifs qui résument les textes ;
  • Incitatifs qui mettent en appétit le lecteur.

Les attaques

C’est le début de l’article ; les premières lignes, celles qui vont devoir accrocher le lecteur et lui donner l’envie de poursuivre sa lecture.

Il y a huit types d’attaques :

  • Donner à voir comme une caméra ;
  • Donner à entendre comme un micro-trottoir ;
  • Donner une image comme un miroir ;
  • Donner un slogan en détournant les mots ;
  • Donner du vous au lecteur en l’impliquant ;
  • Le message essentiel en utilisant les questions (Qui ? Quoi ? Quand? Où ? Pourquoi ?) ;
  • L’humour ;
  • La patte de l’auteur en mélangeant les genres.

Le cours

Le cours était attrayant, un univers inconnu que j’ai trouvé passionnant. Le métier de correcteur est tellement vaste ! Une vraie richesse.

Le devoir

Je devais rédiger deux titres, un chapeau et une attaque.

Il a été ardu de concevoir les titres, pour moi ils me semblaient tous pertinents. Mais serait-il le cas pour le correcteur du CEC ?! Chaque jour, pendant les quinze jours, j’ai fait des listes où je les barrais quasi aussitôt. Un énorme casse-tête.

Pour le chapeau et l’attaque, j’ai été inspirée, le plus complexe a été d’arrêter de les parfaire ; lire, relire, corriger, relire… Le cercle vicieux. Cela dit sans me vanter le résultat est là ; ils étaient excellents !


On se retrouve pour le prochain devoir…

close

Vous en voulez plus ?

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers articles

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.